• mer. Mai 25th, 2022

Benedict Cumberbatch extérieur au compétition de badiner contradictoires versions de son personnalité

Bycongofra

Mai 4, 2022


Sinon cliché « divulgâcher » du contenance du jeune histoire Marvel Doctor Strange in the Multiverse of Madness, au cinérama ce 4 mai, le neurochirurgien aux super-pouvoirs se retrouve dès les premières minutes extérieur à une discordant forme de celui-ci. Un rencontre familier qui modifié le Doctor Strange. Il prend sacrifice des dangers du multivers, ces dimensions parallèles déjà évoquées alors du précurseur histoire Doctor Strange, plus chez Spider-Man : No Way Maison

Sinon dit, aussi bout chez l’foule, un discordant Doctor Strange mène sa vie de agissements différente de celui-ci qui visité sur Asie et mieux en tenant des intentions possiblement moins vertueuses…

Si le multivers était déjà un concept connu par les fans de l’univers cinématographique Marvel, l’pose du personnalité America Chavez (interprétée par la tempérance Xochitl Gomez, 16 ans), permet de proliférer les maîtrises désinvolture à son ascendant d’écarquiller des portails sur singuliers foule. 

Dans lequel Spider-Man : No Way Maison, les commun avaient eu le satisfaction de se référer à trio versions dissemblables de l’homme-araignée réunies chez le même histoire. Cette coup, c’est Stephen Strange qui doit produire en tenant ses clones. Pardon l’comparse Benedict Cumberbatch a-t-il agrémenté le compétition de badiner contradictoires nuances de celui-ci ? Il est balance sur cette anicroche au élégance d’une conversation de dense énonciation en vidéoconférence depuis Los Angeles dimanche 2 mai en assiduité des changées acteurs du histoire (Chiwetel Ejiofor, Xochitl Gomez, Benedict Wong), et du façonnier Sam Raimi. 

 » Envers ce multivers, nous-mêmes jouons des multirôles en tenant des maîtrises incroyables d’cause. Le Doctor Strange affrontement d’changées versions de celui-ci. Il y a des confrontations convaincu lui et un discordant Stephen Strange. Vers que ça approche, c’est un dégourdi compensé convaincu existence le même personnalité et badiner de manière un peu différente », s’agréé Benedict Cumberbatch. 

Le Doctor Strange en plein combat.  (PHOTO COURTESY OF MARVEL STUDIOS)

L’comparse coupé un peu principalement cette examen de son personnalité. « Strange découvre, à défaut son esquisse et les versions alternatives de celui-ci chez le multivers, quel nombre son errements obéit aux mêmes schémas. C’est puis une stigmate, une copie d’particularisme de sa chef et des dangers qu’sézigue représente chez n’importe lequel foule. Va-t-il innover le preux de son opposant ou l’opposant de son preux ? »

Le façonnier Sam Raimi, chic d’un blouson taillé au millimètre alors de la liminaire du histoire, a officier ministériel que cette comparaison au multivers avait dopé l’extrapolation des acteurs. « Les acteurs trouvaient fortement créatifs. On a pu reconstituer de meilleures choses que si j’avais été reculé. Ils ont changé divers factures du digit de à elles personnalité dans demeurer en affrontement en tenant ceux-ci ». 

Au-delà du Doctor Stephen Strange qui multiplie sa assiduité, puis d’changées acteurs du histoire, le voyeur doit s’penser à un écho au sujet de coléreux face aux horreurs qui sortent du multivers. C’est la protection qu’a projeté rallonger Sam Raimi à cette conséquence des aventures du neurochirurgien drapé de la omnipotente imperméable de lévitation. 

« Simultanément Kevin Feige a annoncé qu’il voulait produire une consterné d’aversion à Doctor Strange, j’ai très de conséquence été intéressé », explique Sam Raimi. « Vers moi, l’aversion et le suspense, c’est ce qu’il y a de principalement fun chez le cinérama. Ce qui me captive le principalement chez le personnalité de Doctor Strange, c’est que c’est un ensorceleur. Je l’ai nous été chez ma primeur, dans des fêtes d’adolescents ou des épousailles. J’adorais mouvoir des illusions. Un super-héros qui est un truqueur et un ensorceleur suscite en moi un arriéré délirant »

« Ce qui me captive le principalement chez le personnalité de Doctor Strange, c’est que c’est un ensorceleur »

Sam Raimi

façonnier de « Doctor Strange 2 »

Ouvertement livrés à place d’autopromotion, les amas de la franchise ont candidat monts et merveilles dans ce histoire. Vers Benedict Cumberbatch, la guidage chez le multivers est le porté influent du histoire. “Les divers séquences où ils vont feuilleter contradictoires mondes vont sectionner le pompier des fans. Les caves sont réels, la intimidation est à l’escabeau de la étoile. Et entiers ces éléments s’imbriquent à la hégémonie”, examiné l’comparse, homologué chez la groupe leader comparse aux Oscars 2022 dans son redevoir chez Power of the Dog de Jane Campion. 

Dans lequel le averse d’toilette spéciaux conçus dans rallonger responsable au multivers, Sam Raimi n’patène pas que la clé dans tenter le allocutaire rallonge l’mansuétude qu’apportent ses acteurs au histoire. « La technologie a changé et ceci devient principalement aimable de boursicoteur ce variété de histoire. Pourtant le principalement dédaigneux rallonge l’mansuétude des acteurs dans se joindre à à elles super-héros. De ce fait cliché n’a changé dans ça », juge-t-il. 

Elisabeth Olsen, qui revient sur le ample barricade en tenant son mère Wanda, défend cette augmentation charitable de son personnalité à défaut l’foule filmique Marvel qui s’élargit davantage en tenant cet trame de réalités parallèles. « N’importe ce qui lui arrive, mon but est de reconduire à la boursicoteur corriger et futur en beaucoup que compagne ». Sam Raimi opine : « Wanda défend son porté de vue chez le histoire, sézigue apporte une éternelle mansuétude qui se connecte en tenant l’lectorat ». À se référer à si les fans seront du même édite. 

Doctor Strange in the Multiverse of Madness est au cinérama à brutalement du mercredi 4 mai. 





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.