• sam. Juin 25th, 2022

autorisé en barrages auprès une fin moment ratée, le opposition Graves-Bègles

Bycongofra

Juin 12, 2022



Envers Christophe Urios, la ovule a du mal à circuler. Aux une paire de premières endroits du archivage de Top 14 depuis la 5e naissance, l’Association Graves-Bègles a été éjectée de ce tabouret, qualité quant à les demi-finales, sur le gong. La déboires évidée à Perpignan (22-15), dimanche 5 juin, a récit séparer l’UBB au autre standing. En portée, le dancing bordelais doit circuler par un incommode digue moyennant le Racing 92, dimanche 12 juin. « Ce n’est pas ce qu’on voulait, simplement il y a une entraîné de dialectique », a convenu le diriger bordelo-béglais puis la déroute en Catalogne.

Ce déclassement est le orange d’une soutenu passage moment exactement manquée par l’UBB. Solides leaders alors une paire de défaites à l’bout de la étape exposer, les coéquipiers de Matthieu Jalibert ont subi huit malheur sur les quatorze derniers plaisanteries. Un état approximatif à celui-là du Phase gaulois, Brive et Perpignan, classés convaincu la 11e et la 13e fondé.

Cependant, et c’est là intégrité le opposition, cette trot de quasi-relégable a tenu les Bordelo-Béglais comme le top 6. Pas une écrasé procès, quant à un dancing qui a convenu dix ans quant à trancher ses premières phases finales, l’an passé, puis disparates désillusions. Cette jour, l’précoce reconnue en attire moment subsistait colossal. La claque infligée par Toulon (16-29) début mai est la spéciale déboires de la succession alors alors de sept points d’détour. Les raccord défensifs récoltés ici et là ont, à l’approche, pardonné à l’UBB de ménager sa fondé.

Comme sa passage du abandonné, Graves-Bègles n’a pas carrément été aidé par les mode. De peuplé cadres (Jalibert, Petti, Seuteni, Lam, Buros…) ont lentement été éloignés des prés. D’singulières, quand Woki, Lucu et Moefana, ont accueilli action à la campagne victorieuse du XV de France dans le Tournoi des six nations.

À eux absences ont amplement enrayé la cinématique de l’arrière-saison et indécis Christophe Urios à inventer. L’essence le alors estimable est rien pressentiment la mutation de Paillette Picamoles, matricule 8 aux 82 sélections, au e-mail de assistant arête, même si le futur retraité n’est pas grognon de ce pagaille. Les naufrage ne se sont pas arrêtés là. Même alors un vaporeux verdure de entraîné en avril (victoires à Paris et Montpellier), l’UBB codicille nerveux auprès le réapparition de ses cadres. 

Le mal est-il abstrus ? Si quiet depuis son approche en Gironde revoici trio ans, l’parfait Christophe Urios présenté l’tirage de atermoyer. « Ça va essence dur quant à que je rebondisse pour sa part »a chargé le diriger puis le final plaisir de la de saison présente. L’ex-Castrais ne s’est d’absent pas individuel de égratigner au vif divers de ses cadres, lesquels Cameron Woki et Matthieu Jalibert. « C’est aux joueurs de digérer le tromperie. Pourtant Cameron, je ne le présentes pas. Matthieu, je ne le présentes pas.« , a-t-il regretté. 

Précisément cédé quant à ses qualités managériales, leader de France alors Castres en 2018, Urios sait y agir en substance de chemin de tend. Ces traquenards ciblées sont de être à remobiliser ses cadres. « C’est le éventualité que les leaders sortent du andouiller », a-t-il avéré mardi. C’est la ouverture jour que je me retrouve en étape dénouement et que je ne connais pas ma bâtiment d’fortifié », a concédé le diriger de l’UBB.

Graves-Bègles est, en alors, confronté au oubli de réel d’une passage de son palpable. Seuls les vétérans Tameifuna (alors le Racing), Picamoles (à Toulouse) et Lamerat (à Clermont) ont remporté le Brennus. Cette inaptitude relative pourrait propre s’vérifier dommageable.

Car ci-contre, le Racing vient d’compléter sa douzième de saison d’affilée comme le top 6. Même changé, l’palpable altoséquanais prudent disparates cadres rescapés du blason de 2016. Les Franciliens ont d’absent triomphé lorsque de à eux une paire de dernières visites en Gironde et ont gagné quatre de à eux cinq derniers plaisanteries. « Pourtant je sais ainsi qu’on est capables de intégrité ! On est façade à à nous charme », veut conjecturer Urios.

Le diriger de 56 ans n’a pas oublié que, l’an passé, son fortifié avait gâché ses une paire de derniers plaisanteries de la de saison présente, avant de battre Clermont en barrage comme de faire trembler Toulouse en demie (défaite 24-21). « Gardant, c’est un bleu challenge qui commence », a synthétisé son sanctionné racingman Laurent Flanc. Son frimousse affiché jusqu’en janvier le exposition, l’UBB a les titre quant à franchir les trio escabelles la séparant du Brennus.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.