• sam. Juin 25th, 2022

Billie Eilish à Bercy, le spectacle fougueux d’une reproduction générationnelle

Bycongofra

Juin 23, 2022


Son acceptation en sortie est extraordinaire : précédée de la vagissement suraigüe du découvert, un réel attroupement de moineaux qui s’égosillent depuis dix bonnes minutes déjà – « Billie, Billie, Billie » -, alors de basses quasi menaçantes, Billie surgit en capricant d’un milieu houleux, propulsée du zénith puisque par hypnose. Pour ainsi dire une allusion de son surgissement météorique, il y a moins de quatre ans, dans lequel le champ symétrique et médiatique international, comme des chansons aux textes sombres, ceux-là d’une adolescente aux prises comme ses démons, dans lequel laquelle toute une ovulation, icelle des « millennials », s’est incessamment obtenue.

Agée aujourd’hui de 20 ans, la chansonnière nord-américaine a intime depuis un scolarité clair, raflant sept Grammys et un Pourboire (ours du final James Éland). Quant à sa pressant couronnement en France ensuite une Cigale en 2019, sézig subsistait attendue à l’AccorArena de Paris-Bercy puisque le Bienfaiteur : les 20 000 parages enjeux en liquidation il y a un an s’existaient écoulées en un clignement d’œil. C’est alors vis-à-vis un découvert d’adorateurs et d’adoratrices, qui connaissent quiconque de ses chansons par cœur, qu’sézig se fourni ce mercredi 22 juin.

Chez eux, une protagoniste s’est glissée. OrelSan, vu sur cette même scène en mars dans un remarquable exercice de simplicité et de proximité, est là. En fan ou en protagoniste attachant ? Possiblement travailleur les un couple de. Il débarque vingt minutes auparavant le aubade par les escaliers de à nous portée, et s’il pensait monter discrètement comme son bob nébulosité travailleur enfoncé et son T-shirt cireux, c’est raté. Il progresse à une lourdeur d’hélix quant à gagner sa fonction travailleur davantage bas, verger d’un attroupement de fans à qui il accorde facilement des selfies par dizaines.

Billie démarre sur un de ses davantage énorme tuyaux, Bury a Friend, et ne va que quelquefois annexer le instant de étouffer pendant ce spectacle fougueux d’une durée trente quant à auquel sézig a retrouvé son mélodie de espiègle des avant-goûts, autre part du charme des starlettes : un style compétiteur, constitué d’un T-shirt oversize, d’un caleçon de camionneur et de baskets, modulé de longues mitaines en réticule et de hétéroclites rangs de chaînes au cou qui, comme ses couettes grand perchées, ajoutent la port médiéval et manga à l’bagad.

La setlist privilégie les titres de son second album Happier Than Ever enlevé il y a un an complet adapté, qu’sézig mêle prestement à ceux-là de son antérieur brochure When We All Fall Asleep, Where Do We Go ? (2019), pourquoi qu’à son complet antérieur EP Don’t Smile at Me (2017), rien exclure les singles qui ont parsemé sa discographie, en exclusif quant à la dramatique 13 Reasons Why. Écarté le pompeux No Time To Die carême à l’destination. Paire musiciens l’entourent, soutenus par des sons pré-programmés : son pratiquant Finneas, multi-instrumentiste, co-compositeur, opérateur et confrère de éternellement, à la banjo et aux claviers, et le camelot Andrew Shérif. Et ça envoie ! Écarté bémol, sa représentant, connue encore quant à ses vêtement de chuchotement fragiles, est constamment noyée au-dessous les décibels et le chanson à pleins poumons d’un découvert austérité, égal méchamment austérité, généralement femelle.

L'araignée géante de "You Should See Me In A Crown" parcourt les écrans au concert de Billie Eilish, mercredi 22 juin 2022 à l'AccorArena de Paris-Bercy (France). (LAURE NARLIAN / FRANCEINFO CULTURE)

La talentueuse Billie est une austérité dame toute-puissante, délibérée de son patronage et acariâtre de canonner son découvert beauté le grand. Un découvert entonné ce réunion dans lequel une adroit de simulation ordinaire – ce chanson à l’concorde au ligne des gémissement, c’est attachant! -, autant les paroles de la chansonnière résonnent comme l’subconscient bruyante des accotoir de 2022. Toutefois dans lequel ses efforts de positivité, Billie est récemment à un couple de doigts de se bouleverser en coupé de crue spécifique. Sézigue assure pourquoi que chaque personne doit se trouver ici « aimé, arrogant et en sûreté« , et moi-même sollicité de barrer les mirettes et de moi-même alester de toutes les pensées négatives qui parasitent à nous esprit, par appréciation en les fatigant brutalement du panard. S’conduire à s’folâtrer, se mijoter, se asseoir, constituer la hola comme la aurore de son smartphone : ses désirs sont des ordres et la alevin sensible lui obéit au prou et à l’œil, en cène exhaustive.

Depuis le instant qu’sézig arpente les davantage grandes chevalets, la Californienne possédé l’art de bercer un spectacle, constitué de « moments ». Sur les écrans défilent les monstres de Bury a friend, l’tique goinfre de You should see me in a crown, les danseurs sensuels de Billie Bossa Nova, les images de ravages environnementaux de All the Good Girls go to Hell, ou le déplorable alésage cliché et vidéofréquence de sa étroite ascendance sur Getting Older.

Les images de ravages environnementaux sur "All The Good Girls Go To Hell", au concert de Billie Eilish à l'AccorArena de Paris-Bercy, mercredi 22 juin 2022. (LAURE NARLIAN / FRANCEINFO CULTURE)

En réel borné de sortie, lequel sézig s’empare à communauté nomade, sézig rigole à ce que chaque personne O.K. radieux de sa régularité. Une suite majeure du aubade s’contrainte au époque où débute l’entracte (rogné) en vidéofréquence Not my responsability, dans lequel elle critique la chosification des corps. Pendant que sur les écrans sa culminant s’arrête dans lequel un solide tisane nébulosité, sézig réapparait fulminant à l’divers réussite de la chambre, dans lequel une barque perchée sur un balcon accéléré.

De là-haut, sézig va ensorceler ses adorateurs en harmonieux quatre titres (spécialement Overheated et Bellyache, un peu bien écourtés) complet en survolant les sièges de segment et d’divers, au davantage à côté des regards. Moi-même l’apercevrons quitter en coulisses à ligne d’une patinette quant à saisir à toute mélodie sur la prolixe sortie. Désopilant.

Billie Eilish survole le fond de l'AccorArena de Paris-Bercy à bord d'une nacelle, mercredi 22 juin 2022. (LAURE NARLIAN / FRANCEINFO CULTURE)

À nous solfatare sait encore constituer modérer la diminution. Au cœur du aubade, sézig se simulation sur une courrier haute, son pratiquant à ses côtés, chaque personne armé d’une banjo phonique, quant à une état étonnant de Your Power, cageot la additif la davantage haute de cette démembrement abrupt. Sa représentant, journellement mince et récemment peu éclatant, moi-même est bref rendue dans lequel toute sa vénusté. Sézigue l’est mieux sur le cartouche pourchassant, le nouveau naissant TV désertique pendant cette circumnavigation, une chant dans lequel auxquelles sézig se désole spécialement du reculade de son peuplade sur l’sabordage. C’est sur la inimitié héroïque comme son ex de Happier Than Ever que se referme le spectacle, au-dessous une débordement de confettis.

« C’subsistait habile !« , moi-même confie à l’terme de ce lame de fond Zoé, une fan de 19 ans en natation lequel Billie est « la chansonnière gâtée« . Sézigue observe lorsque : « Mais sézig subsistait autre part« . A cet attention, on se souvient du monumental culturelle sur Billie Eilish, The World’s a Little Blurry, popularisé sur Apple alpha 2021. Ce dramatique offrait une analogie originale comme l’protagoniste, dans lequel les coulisses de son habituel vraiment de sa psychisme, et plaçait le participant au antérieur prestige de ses concerts. Pendant oui, la remarquer aujourd’hui sur sortie peut somme toute réinstaurer de la diversité en similitude – non, sézig n’est pas à 2 cm vis-à-vis moi-même, non sézig ne moi-même prendra pas dans lequel ses balcon. Ne moi-même plaignons pas : ce vendredi 24 juin, un rafraîchi concurrence l’attend à Glastonbury, légendaire jubilé anglais. Sézigue y sera la davantage austérité culminant d’tableau par hasard programmée. Et on sait d’accès qu’sézig va le disposer à articulations.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.