• jeu. Août 11th, 2022

on a écouté son nouveau opuscule « Incarnation »

Bycongofra

Juil 29, 2022


C’est l’un des actualité culturels de l’période : « Incarnation », le nouveau opuscule de la superstar nord-américaine de la pop Beyoncé, fatum vendredi 29 juillet. Il est libre depuis minuit sur les plateformes.

Papier rédigé par


Publié


Mis à hublot

Climat de scolarité : 1 min.

Six ans alors Lemonade, son récent opuscule en chant, et quatre ans alors Everything is love, histoire à quatre mains puis son époux Jay-Z, voilà icelle qu’on commerce occasionnellement « Queen B », dans étranges originaux surnoms.

>> Le nouvel album de Beyoncé fuite deux jours avant sa sortie à cause d’une erreur en magasins


Enjeu : asseoir un peu plus son statut de reine de la pop, qu’il s’agisse de ventes, de revenus, de charisme ou de son incarnation d’un féminisme moderne et puissant. 

Premier constat : la promesse faite par Beyoncé elle-même de nous faire revenir sur les pistes de danse est tenue.

Après nous avoir attirés, aguichés avec son single très house Break my soul,
Beyoncé aligne ici les canalisations en futur, dansants avec la grand nombre, puis cette vivacité infiniment en conséquence bluffante. 

Sézigue se permet même, sur le récent fragment de l’opuscule, Summer Incarnation, de rattraper à sa affecté le chimérique I feel love de Donnar Summer et Giorgio Moroder.

Curieusement, donc que les actifs de l’opuscule dévoilés par la prima donna elle semblaient signaler des collaborations puis Drake ou Jay-Z, dans étranges, on ne retrouve que le rappeur Beam quand invité. Mutuellement, les producteurs Mike Dean, No ID, ou surtout la récit Nile Rodgers sont, eux, avoir de la question.





Source link

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.