Politics

Actes de torture à Salamabila: « Les auteurs de ces traitements cruels vont répondre de leurs actes » (gouvernement )


A Salamabila dans la province du Maniema, dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC), les conflits armés autour du contrôle des zones minières entraînent une situation sécuritaire et humanitaire volatile.

Dans cette cité aurifère située dans le territoire de Kabambare, la milice Maï-Maï Malaika y impose la charria aux allures de l’époque coloniale. En effet, les images qui circulent depuis quelques jours dans les réseaux sociaux font froid au dos.

Ce groupe armé qui opère en toute impunité dans cette cité minière administre des coups de fouet et autres sévices corporels à la population civile particulièrement aux femmes et jeunes filles au motifs qu’elles portent des habits qu’ils estiment obscènes.

En réaction, le ministre des Droits humains, Albert-Fabrice Puela a condamné avec fermeté ces actes de torture et violence perpétrés contre la femme et des enfants tout en rappelant la «triste période d’esclavage».

«Ces actes dont les images insoutenables circulent sur les réseaux sociaux en rappelant la triste période de l’esclavage, sont inadmissibles, le Chef de l’État, Félix Tshisekedi ayant fait du respect des droits humains des congolais, son principal cheval de bataille», a déclaré Fabrice Puela dans un communiqué publié ce dimanche 22 janvier.

À cet effet, il a invité les autorités tant policières que judiciaires à tout mettre en œuvre afin que les auteurs de ces traitements «cruels, inhumains et dégradants», particulièrement à l’égard de la femme et des enfants, répondent de leurs actes devant les instances judiciaires.

Par ailleurs, le ministre des Droits humains a demandé aux services et structures spécialisés à prendre des mesures d’accompagnement des victimes pour leur prise en charge adéquate.

Christian Okende





Source link

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image