juillet 21, 2024
Chicago 12, Melborne City, USA
Politics

Détention de Stanis Bujakera : le RAJEC dénonce « la mauvaise foi pure et simple » de la justice


Dans une déclaration faite ce vendredi 01 mars, les membres du Rassemblement des journalistes pour l’émergence du Congo (RAJEC) dénoncent la « mauvaise foi pure et simple » de la justice qui, selon eux, maintient volontairement le journaliste Stanis Bujakera en prison sans aucune preuve d’accusation fondée.

Pour ces professionnels des médias, Stanis Bujakera devrait abandonner toute initiative allant dans le sens de solliciter sa remise en liberté provisoire face à « ses bourreaux qui, visiblement, sont prêts à l’achever ».

Dans ce même document, le RAJEC dit prendre acte de la « bonne foi » de Félix Tshisekedi qui a reconnu l’état de la justice et s’est jusqu’ici délibérément gardé d’agir en magistrat suprême.

Cette structure des journalistes encourage Stanis Bujakera de garder toujours haut son moral et de laisser son sort entre les mains de la justice divine.

Dans cette déclaration signée par son porte-parole Edmond Izuba, le RAJEC affirme que l’incarcération du journaliste Stanis Bujakera à la suite d’un article de Jeune Afrique dont il n’a pas été l’auteur, a permis aux membres de cette structure de suivre de près les enquêtes sur la mort de Chérubin Okende, ancien ministre des Transports et ex-porte-parole d’Ensemble pour la République.

Il rappelle que les mêmes enquêtes étaient à la base de l’interpellation du journaliste Peter Tiani, relaxé après la clameur publique et les pressions politiques 48 heures après.

Le RAJEC dit avoir constaté que plusieurs autres journalistes ont fait l’objet de « menaces, violences verbales et actes d’intolérance » par certains proches du régime et leurs fanatiques durant la période consacrée aux enquêtes judiciaires.

Gilbert Ngonga



Source link

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image