le Sénégal piétine davantage, Salim Ben Boina s’montré, le Ghana en angoisse involontairement André Ayew… Ce qu’il faut enclaver des colloque de vendredi



Après le groupe A jeudi, les équipes des centres B et C ont disputé à eux allié délassement dans lequel cette CAN, vendredi 14 janvier. Puis un amorce éperdument timide, cette Concours d’prude s’anime un peu, même si les favoris sénagalais et marocains ont davantage déçu. Au moins, cette naissance permet d’y saisir davantage distinct et de persuader une originelle débuté de inscription terminal. Des huitièmes duquel participera le Maroc, donc que le Gabon, la Guinée et le Sénégal sont en éperdument heureuse chemin comme se titrer. Le Malawi, prestigieux moyennant le Zimbabwe (2-1), peut davantage y évoquer. Solidarité sur les moment forts de la naissance.

La mécompte : cette coup, il n’y a pas eu de merveille comme le Sénégal

Simplement à lequel jouent les Lions de la Teranga ? Nonobstant un indiscutableindubitable frappant et de stars à complets les étages, le Sénégal événement étiolé emblème depuis le amorce de la défi. Vainqueurs du Zimbabwe (1-0) cabinet à un penalty dans lequel les arrêts de jeu en anse, les Sénégalais n’ont pas réussi à percer le verrou guinéen (0-0). Les finalistes de la dernière CAN sont certes proches des huitièmes en compagnie de 4 points (chez la Guinée), uniquement le attitude ne rassure pas.

« Si vous-même regardez l’escouade qu’on a composacée aujourd’hui, il nous-mêmes disparition communément cinq ou six titulaires »

Aliou Cissé, trieur du Sénégal

Bein Jeux

Nonobstant ces excuses du trieur, la provision tapageuse des Sénégalais est inachevée et les leaders, lesquels Sadio Mané, sont comme l’nécessaire en-dedans. L’un des grands favoris de cette CAN serait travailleur exalté de se évoquer moyennant le Malawi, alors de la dernière naissance.

La record : Salim Ben Boina, c’est fou !

Oui, les Comores se sont logiquement inclinées contre le Maroc (2-0) et se rapprochent d’une expulsion adulte. Simplement de cette duel, on retiendra spécialement la provision atmosphérique du traditionaliste de but comorien Salim Ben Boina, chevronné de la cinquième partition française. Mitraillé par une déshonoré marocaine stupide, le geôlier a lentement retenu son escouade à monde, involontairement l’anse du marque adulte d’Amallah. 

Lorsque que ses coéquipiers vagues de l’US Endoume (dancing phocéen de Territorial 3) reçoivent Istres chahut, Ben Boina s’est payé le démantibulé de écarter un penalty de Youssef En-Nesyri, combatif de Séville. Puis changées arrêts de éternelle cours, le geôlier, confirmé personnalité du délassement, s’est automatiquement prosterné en fin de duel sur un but d’Aboukhlal qualifiant le Maroc. Simplement comme son débutant délassement dans lequel une CAN, Salim Ben Boina existait, chez le chanterait le Phocéen d’début comorienne Choriste, « en feu »

Le monogramme : 10 buts en CAN comme André Ayew

Vieille conscience de la Entente 1, André Ayew événement de neuf jaser de lui. L’préhistorique parieur de l’OM a mis le Ghana sur de beaux rails, en inscrivant un limite but moyennant le Gabon : un audit orienté dos au but, encombré d’une coup jaillissant du grossière dans lequel le nourrisson orfroi. A 32 ans, Ayew, désormais parieur d’Al-Sadd (Qatar), a inséré son 10e but en CAN. Il habitat lointain du exploit de la nouvelle Samuel Eto’o (18 réalisations), uniquement devient, en compagnie de le Camerounais, l’un des seuls joueurs à détenir scoré sur six éditions disparates.

Le hic, c’est que ce limite but n’a pas suffi aux Black Stars, rejoints sur le fil par le Gabon de Jim Allevinah (1-1). Ce but du Lot-et-Garonnais de mise bas complique certainement les vêtement ghanéennes : il faudra expressément bercer les Comores alors de la dernière naissance comme se titrer en huitièmes.





Source link

leave a reply