juillet 24, 2024
Chicago 12, Melborne City, USA
Politics

Présidentielle 2023 : Katumbi vante l’attitude de la CENI et de la Cour constitutionnelle pour le traitement « équitable » des candidatures


Quarante-huit heures après la validation de sa candidature à la prochaine présidentielle par la Cour constitutionnelle, l’opposant congolais, Moïse Katumbi s’est adressé ce mercredi 1er novembre à la Nation, notamment sur des questions relatives au déroulement du processus électoral actuellement en cours.

D’emblée, Moïse Katumbi a rappelé que le pays ira aux urnes le 20 décembre prochain pour élire son sixième Président – ou réélire son actuel Président – et ses représentants à tous les niveaux, alors que le processus électoral se déroule dans un contexte de conflit armé persistant dans la partie Est du pays et suscite également beaucoup d’inquiétudes sur plusieurs plans.

« Malgré les faiblesses observées et plusieurs fois dénoncées, je tiens à saluer l’attitude de la CENI et de la Cour constitutionnelle pour le traitement équitable des candidatures à l’élection présidentielle. Je les exhorte à garder la même attitude jusqu’à la fin du processus électoral, en vue de redorer l’image de notre pays », a argué le président du parti Ensemble pour la République.

Aux autres candidats censés défier Félix-Antoine Tshisekedi – Président de la République sortant – lors de la prochaine présidentielle, l’ex-gouverneur du Katanga a estimé qu’ils devraient s’impliquer davantage au processus électoral, afin que « la vérité des urnes soit respectée et observée par tous ».

« Malgré tant de mensonges, d’intoxications, de diabolisations, de montages grossiers, et de manipulations à mon égard, vous avez continué à faire confiance à ma modeste personne […] En dépit des intimidations, des menaces, et des turbulences de tous genres, vous n’avez pas baissé les bras et vous avez milité avec détermination pour que la CENI et la Cour constitutionnelle travaillent dans le strict respect de nos lois lors de l’analyse et du traitement des dossiers des candidats à l’élection présidentielle », a déclaré Moïse Katumbi en s’adressant directement à ses militants et partisans.

Renchérissant ses propos, le président d’Ensemble pour la République a exhorté ces derniers à rester « vigilants » jusqu’à la publication des résultats qui seront « la consécration de la victoire tant attendue». Il a par ailleurs félicité la communauté internationale pour son appui et son accompagnement dans ce processus.

Le calme après la tempête

Ces dernières semaines, le processus électoral en République démocratique du Congo a été vivement marqué par le cas de Moïse Katumbi, qui devait faire face à deux requêtes déposées à son encontre à la Cour constitutionnelle dans le cadre du contentieux électoral.

Cependant, après différentes confrontations, la Haute Cour avait finalement décidé de rejeter définitivement les deux requêtes contre lui. Tout d’abord, elle a déclaré « irrecevable » la requête de Junior Mansanga Tshivuadi, qui accusait de l’ex-gouverneur du Katanga de « corruption, détournements des mains d’œuvres, falsification des contrats des travailleurs, usages des faux, des numéros d’immatriculation, des dates d’engagement, au faux en écritures, à la banqueroute, à la participation de l’exploitation illégale des ressources congolaises dans le fait de transfert des minerais vers une autre destination ».

Ensuite, le lundi 30 octobre dernier, la Cour constitutionnelle rejetait la requête de Noël Tshiani Mwadiamvita, qui l’avait saisi contre la candidature de Moïse Katumbi pour « défaut de nationalité congolaise d’origine ».

Dans l’entretemps, dans un communiqué conjoint publié ce mardi 31 octobre, les candidats Présidents de la République composé de Moïse Katumbi, Martin Fayulu, Denis Mukwege, Franck Diongo, Marie-Josée Ifoku et Seth Kikuni, ont accusé la Commission électorale nationale indépendante (CENI) d’entretenir « le flou du processus électoral » sur les aspects financier, logistique et organisationnel et qui, d’après leur évaluation, pourraient entraîner le pays dans des « élections chaotiques ».

Monge Junior Diama



Source link

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image