Politics

RDC: l’ACAJ condamne les propos « incendiaires et divisionnistes » des ministres Budimbu et Bussa


A l’instar du Bureau conjoint des Nations Unies aux droits de l’homme (BCNUDH) en RDC, l’Association Congolaise pour l’Accès à la Justice (ACAJ) a condamné ce vendredi 13 janvier, les propos « incendiaires et divisionnistes » tenus par le ministre des Hydrocarbures et son collègue du Commerce extérieur.

Cette association de défense des droits de l’homme estime qu’en tenant ces propos, les deux membres du gouvernement central se sont rendus coupables.

« Cela est d’autant plus inquiétant que ces propos ont été tenus à l’occasion des missions officielles effectuées es qualité par les intéressés », regrette cette ONG qui rappelle que que de par leurs fonction et qualité, les ministres sont astreints, non seulement à une obligation de réserve, mais également à avoir, dans leurs apparitions publiques, un langage républicain et respectueux de tous les instruments nationaux et internationaux des droits de l’homme.

Craignant les conséquences que ces discours pourraient avoir sur le vouloir-vivre ensemble, l’ACAJ a invité le chef du gouvernement
à rappeler à l’ordre toute son équipe au respect des règles d’éthique et de déontologie devant caractériser tout ministre dans l’exercice des charges publiques.

Par ailleurs, l’association coordonnée par Georges Kapiamba est mobilisée dans le monitoring de tous ces « dérapages inacceptables ».

Pour le contexte, ces réactions font suite aux propos tenus notamment par les ministres Jean-Lucien Bussa et Didier Budimbu.

En effet, le ministre du Commerce extérieur avait déclaré devant une foule dans la province d’Ubangi que « tout celui dont le père n’est pas congolais est notre ennemi ».

De son côté, Didier Budimbu, ministre congolais des Hydrocarbures qui tenait un meeting de sa formation politique, Autre Vision du Congo (AVC) au bâtiment du 30 juin à Lubumbashi dans le Haut-Katanga le samedi 07 janvier dernier avait déclaré que certains congolais aux origines douteuses, qu’il a qualifié de chauve-souris n’avaient pas droit de diriger la RDC, allusion faite à un potentiel candidat à la présidentielle.

En conseil des ministres de ce vendredi, le Président de la République Félix Tshisekedi a désapprouvé les discours de ces deux membres du gouvernement. Il rappelle qu’ils sont ministres de la République et non d’une quelconque formation politique.

« Nous devons prêcher par l’exemple, pas de discrimination », a dit le Chef de l’Etat.

Carmel NDEO



Source link

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image