avril 20, 2024
Chicago 12, Melborne City, USA
Football Sports Tennis

Corinne Diacre, ses adjoints balancent !


Philippe Joly et Eric Blahic, les deux adjoints qui ont secondé Corinne Diacre depuis sa prise de fonction en 2017, ont livré leur ressenti sur la crise traversée par l’équipe de France, pointant du doigt l’attitude de la sélectionneuse.

Un préparateur physique et un entraîneur des gardiens. C’est à quoi se résume le staff de l’équipe de France depuis juin 2021 et le départ d’Eric Blahic, nommé adjoint de Corinne Diacre un an plus tôt en remplacement de Philippe Joly. Une situation dénoncée par les joueuses et de nombreux observateurs. « C’est juste un fait : elle a comme adjoints un entraîneur des gardiens et un préparateur physique. Dans n’importe quelle sélection, à l’heure actuelle, un staff ce n’est pas ça, il y a beaucoup plus de monde », a ainsi récemment regretté Jessica Houara.

Mais Corinne Diacre a visiblement du mal à accorder sa confiance à son staff. Et si Eric Blahic a choisi de partir, la sélectionneuse tricolore n’y a rien trouvé à redire. Bien au contraire. « Je ne m’y retrouvais ni sportivement, ni humainement. Ce n’était pas ma façon de communiquer. J’avais fait part de mon choix au président Le Graët à l’époque. Mais elle souhaitait mon départ aussi, a ainsi confié la sélectionneuse tricolore à Ouest-France. Est-ce que la qualité des séances n’était pas bonne pour elle, est-ce que c’était ma proximité avec les filles à discuter, mettre en place et faire avancer. Je n’ai pas de réponse, mais elle a sûrement ses raisons. » Une vision partagée par Philippe Joly.

C’est sûr qu’avec elle il n’y avait pas de main sur l’épaule, de discussion

« Après la Coupe du monde 2019, j’ai réalisé un vrai bilan, pointilleux, en mettant en avant les détails à modifier pour faire évoluer les choses. Mais on avait semble-t-il plus la même vision. À tout point de vue, le post-Coupe du monde a été très compliqué, a raconté celui qui a été son adjoint durant près de trois saisons et avait travaillé à ses côtés durant de nombreuses années au soutien de Bruno Bini, ajoutant: « À l’époque, elle n’était pas dans l’ultra contrôle comme aujourd’hui. Elle était plutôt force de proposition. Mais dans sa dynamique de coach principale, elle s’est créé cette posture plus fermée. »

Et si Philippe Joly n’hésite pas à souligner que la Nordiste est « une vraie connaisseuse » avec de solides « compétences », Eric Blahic abondant en soulignant son apport dans la professionnalisation de la sélection, sa façon de manager semble bel et bien rédhibitoire. « Corinne Diacre a une façon de manager qui n’est peut-être pas celle qu’attendaient les filles, notamment des grands clubs. On lui reproche de ne pas parler à tout le monde. C’est sûr qu’avec elle il n’y avait pas de main sur l’épaule, de discussion, un peu d’empathie, a encore souligné Eric Blahic. Son problème, c’est l’ultra contrôle. Elle est dans une réflexion permanente, délègue très peu, car elle a besoin de contrôler, de savoir. Mais avec de la confiance on peut déléguer en contrôlant. « 



Source link

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image