mai 22, 2024
Chicago 12, Melborne City, USA
Politics

Insécurité dans l’Est : grande manifestation des étudiants de l’Unikin contre la « complicité » de la communauté internationale


Sur la colline inspirée, la rage de protester contre l’agression rwandaise et le laxisme de la communauté internationale face à cette insécurité qui sévit dans l’Est de la RDC est loin de s’appesantir.

Après les manifestations observées dans le centre ville où des centaines des jeunes kinois ont dénoncé la « complicité » de la communauté internationale au sujet de l’insécurité grandissante dans la partie orientale de la RDC, les bana campa [ étudiants de l’Université de Kinshasa Ndlr ] ont à leur tour manifesté pour le même objet ce mercredi 14 février sur le campus.

Entonnant en lingala « To lingi kimia», traduit en français « Nous voulons la paix », des centaines d’étudiants révoltés ont sillonné le site universitaire avec des calicots sur lesquels sont mentionnés : « Monusco dégage, Kagame mobomi, USA dégage » etc.

D’après un étudiant de la faculté des Lettres et Sciences humaines, c’en est de trop que le Rwanda puisse continuer à tuer les congolais, et ce, au vu et au su de la communauté internationale.

« Nous sommes fatigués de cette insécurité, nous les étudiants sommes prêts à défendre l’intérêt de notre pays, c’en de trop de voir qu’un pays comme le Rwanda puisse demeurer dans l’habitude de tuer nos frères à l’Est…et la communauté internationale connaît très bien, mais elle ne fait rien », a-t-il pesté.

Un autre étudiant de la faculté de Droit rencontré sur le site universitaire estime que l’insécurité dans l’Est du pays est une forme de « complicité » de toutes les grandes puissances et le Rwanda est utilisé comme une marionnette afin d’accomplir leur projet de balkanisation.

La garde universitaire est parvenue à disperser les étudiants en colère et qui n’ont pas cessé d’augmenter et de siphonner aux actes de vandalisme.

D’après un commandant de cette police universitaire, il était impérieux d’agir afin de prévenir les actes de sabotage qui pourraient résulter de bonnes intentions et droit de marcher, puisque, dit-il, dans pareille situation « les étudiants sont infiltrés par des délinquants des quartiers périphériques de l’université de Kinshasa, notamment Kindele, Mbanza Lemba, et Manono ».

En contraste des actes inciviques enregistrés jadis lors de tels événements, certaines autorités facultaires ont préféré suspendre les activités pour observer ladite journée annoncée la veille par certains étudiants.

En revanche, d’autres facultés comme les Sciences pharmaceutiques, Médecine ont poursuivi les activités mais en toute prudence.

Samuel Nakweti



Source link

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image