mai 21, 2024
Chicago 12, Melborne City, USA
Politics

Agression dans l’Est : les USA annoncent avoir « déjà » arrêté l’assistance militaire au Rwanda


La Représentante des États-Unis d’Amérique accréditée en République démocratique du Congo, Lucy Tamlyn a annoncé vendredi, la suspension de la coopération militaire américaine avec le Rwanda. Elle s’exprimait à l’issue d’une visite de trois jours à Goma, dans l’Est du pays en proie à la violence des groupes armés.

Selon la diplomate américaine citée par la radio onusienne, cette décision s’inscrit dans le cadre de la pression exercée par Washington sur Kigali pour mettre un terme à son soutien présumé au M23, un mouvement terroriste à l’origine de graves exactions contre les civils dans la région.

« Nous avons arrêté l’assistance militaire au Rwanda. Les Etats-Unis ne soutiennent pas l’armée rwandaise, nous ne lui fournissons pas d’armes ni d’équipements », a déclaré la diplomate américaine, Lucy Tamlyn.

Kinshasa accuse Kigali d’armer et de financer le M23, ce que nie catégoriquement le pouvoir rwandais. La reprise des combats ces derniers mois a provoqué de nouveaux déplacements massifs au Nord-Kivu.

Pour l’ambassadrice américaine, « des efforts doivent être fournis par les deux pays pour rétablir la confiance ». Washington œuvre également avec les autorités congolaises dans ce sens.

Des responsables de groupes armés sanctionnés par l’ONU

L’annonce faite par la diplomate américaine intervient quelques jours après que le Conseil de sécurité des Nations Unies a pris des sanctions contre plusieurs personnalités impliquées dans des mouvements rebelles et groupes armés déstabilisateurs.

Les avoirs de Willy Ngoma, porte-parole du M23 ont été gelés. Il a également été interdit de voyager. Mohamed Ali Nkalubo, chez les ADF, branche de l’EI présente à Beni, est également visé.

Apollinaire Hakizimana des FDLR-FOCA et Michel Rukunda, chef des forces Twirwaneho, font également partie de cette liste noire onusienne. Les USA avaient auparavant pris des mesures similaires contre Willy Ngoma et Michel Rukunda.

Ces sanctions visent à tarir le soutien financier et logistique à ces groupes accusés de nombreuses exactions contre les civils dans la région. Le Conseil de sécurité espère ainsi contribuer à réduire l’insécurité dans l’est congolais, théâtre depuis plus de vingt ans d’une conflictualité meurtrière malgré les efforts de paix déployés.

Ézéchiel T. MAMPUYA



Source link

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image