avril 21, 2024
Chicago 12, Melborne City, USA
Politics

Mini-sommet extraordinaire sur la situation sécuritaire en RDC : Tshisekedi et Kagame annoncés à Addis-Abeba


Le Président angolais Joao Lourenço, médiateur pour la crise dans l’Est de la République Démocratique du Congo (RDC), a convoqué un mini-sommet extraordinaire sur le sujet ce vendredi à Addis-Abeba.

C’est ce qu’a annoncé ce vendredi Tina Salama, porte-parole du Président congolais Félix Tshisekedi, en marge de la 37ème session ordinaire de l’Union Africaine. Le mini-sommet aura lieu au siège de l’UA et réunira les dirigeants de la région.

« En marge de la 37e Session Ordinaire de l’UA, le Président Joao Lourenço, médiateur désigné, convoque ce vendredi à Addis-Abeba, un Mini-sommet Extraordinaire sur la situation de paix et de sécurité qui prévaut dans la région Est de la RDC » , a écrit Tina Salama via son compte X , anciennement appelé Twitter.

De son côté, l’agence angolaise de presse renseigne également que cette réunion se penchera sur « la relance du processus de paix dans l’Est de la RDC, suite au déploiement de la mission de la Communauté de développement de l’Afrique australe (SAMIRDC), approuvée en août 2023, à Luanda ».

À en croire l’ANGOP, ce mini-sommet de l’Union Africaine réunira neuf Chefs d’Etat de la région, dont ceux de l’Afrique du Sud, du Burundi, de la RDC, du Rwanda et de la Tanzanie. L’Ouganda et la Commission de l’UA seront également représentés.

« Cette rencontre connaîtra la participation de neuf chefs d’État de dix pays, à savoir l’Angola, l’Afrique du Sud, le Burundi, la Guinée équatoriale, le Malawi, le Kenya, la RDC, le Rwanda, le Soudan, le Soudan du Sud et la Tanzanie.L’Ouganda et les représentants de la Commission de l’Union africaine aussi y prendront part comme invités », affirme cette source consultée par POLITICO.CD.

Toujours selon la même source, cette initiative angolaise s’inscrit dans la continuité des recommandations de la réunion des chefs militaires du Mécanisme quadripartite en octobre à Addis-Abeba. Les participants devront trouver des solutions concrètes pour mettre fin aux violences perpétrées par le M23 soutenu par le Rwanda dans l’Est de la RDC, qui déstabilisent la région depuis plus de vingt ans.

La tension est montée d’un cran ces dernières semaines entre la RDC et le Rwanda. Kinshasa indexe ouvertement Kigali d’avoir commis une énième « crime sur son sol », après la mort de deux militaires de la Force de défense nationale sud-africaine (SANDF), victimes d’un pilonnage du camp sud- africain par l’armée rwandaise et le groupe terroriste M23. Cette attaque meurtrière a été perpétrée le 14 février à Mubambiro, dans le territoire de Masisi, province du Nord-Kivu.

Ces derniers jours la situation sécuritaire dans l’Est de la RDC s’est dégradée davantage, suite à l’intensification des combats entre l’armée congolaise et le mouvement rebelle M23. Ces affrontements ont déjà poussé des dizaines de milliers de civils à fuir leur foyer pour se réfugier notamment à Goma et dans des villes environnantes.

Ézéchiel T. MAMPUYA



Source link

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image