mai 22, 2024
Chicago 12, Melborne City, USA
Politics

RDC : «Les USA envisagent des mesures punitives contre le mal de la région pour ses actes d’agression répétés dans l’Est» (P.Muyaya)


La crise sécuritaire dans l’Est de la République démocratique du Congo (RDC) était au centre des échanges, ce dimanche 18 février à Addis-Abeba dans le cadre du 37e sommet de l’Union Africaine, entre la secrétaire d’État adjointe aux affaires africaines des États-Unis, Molly Phee et le Président de la République du Congo , Félix Tshisekedi.

Dans une déclaration rendue publique sur son compte X ( ex Twitter ), le porte-parole du gouvernement, Patrick Muyaya a renseigné qu’à l’issue de cette entrevue, la Sous-Secrétaire d’État chargée des affaires africaines a clairement averti que son pays va prendre des mesures punitives à l’encontre du Rwanda ainsi que son supplétif du M23 impliqués dans les actes d’agression répétés en République démocratique du Congo.

« Après lui avoir enjoint de retirer dans son communiqué du 17 février 2024, ses troupes, ses matériels sur le territoire congolais et d’arrêter tout soutien au groupe terroriste M23 sous sanction des États-Unis et de l’ONU. les États Unis envisagent d’autres mesures punitives contre le mal de la région pour ses actes d’agression répétés qui menacent la vie des milliers de civils, le personnel de la MONUSCO, des humanitaires ainsi que des vols commerciaux dans l’Est », a fait savoir Patrick Muyaya sur son compte X.

À l’en croire, la feuille de route de Luanda demeure à ce jour l’unique plan de sortie de crise dans la recherche de la paix et de la sécurité face aux tensions entre Kinshasa et Kigali. « La RDC va continuer à jouer son rôle pour le retour de la paix dans la région conformément à la feuille de route de Luanda et à l’initiative américaine », a-t-il renchéri.

Les USA ont, dans une énième déclaration faite le 17 février, condamné le soutien du Rwanda au mouvement terroriste du M23, à la base de l’aggravation de la violence dans les territoires de Masisi et Rutshuru, dans l’Est de la République démocratique du Congo.

Washington estime que les récentes incursions du M23 sanctionné par l’ONU, dans la cité peuplée de Sake ont augmenté le risque pour des millions de personnes déjà exposées à des violations des droits de l’homme, y compris les déplacements, la privation et les attaques.

Pendant ce temps, à Addis-Abeba, en marge de la 37e session ordinaire de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de l’Union Africaine tenue du 17 au 18 février 2024, Joao Lourenço, président angolais et médiateur désigné par l’Union Africaine, a tenté de trouver une solution pacifique à la crise qui oppose la RDC de Félix Tshisekedi et le Rwanda de Paul Kagame.

Silas MUNGINDA



Source link

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image