avril 21, 2024
Chicago 12, Melborne City, USA
Politics

Tensions Burundi-Rwanda : Gitega accuse le Red Tabara « armé et entraîné » par Kigali d’avoir perpétré une attaque faisant 9 morts à Bubanza


Le gouvernement burundais accuse Kigali d’orchestrer une énième attaque contre la population civile par l’entremise de groupe terroriste Red Tabara.

Cette attaque qui a ciblé un ménage en plein deuil dans la localité de Buringa, province Bubanza, a fait 9 morts dont six femmes et un militaire intervenu pour secourir la population. Cinq personnes ont été blessées, un véhicule incendié avec la dépouille mortelle qu’il transportait à la morgue ; un autre véhicule et une moto garés sur place incendiés.

Dans ce lot, indique le gouvernement burundais, la permanence du Parti CNDD-EDD a été également vandalisée.

L’administration Ndayishimiye déplore le comportement de Kigali qui, selon elle, « entretient, entraîne et arme » le groupe terroriste Red Tabara qui ne cesse d’endeuiller le Burundi par des attaques ciblant des populations innocentes.

« En date du 25 février 2024 vers 21h30, des terroristes du groupe Red Tabara armés de fusils ont attaqué un ménage en plein deuil, dans la localité de Buringa, en commune Gihanga, province Bubanza. Cette attaque lâche a occasionné des dégâts humains et matériels », a indiqué l’administration Ndayishimiye.

Gitega condamne cet acte et exige l’extradition du cerveau de ce groupe terroriste hébergé au Rwanda. Il réitère son engagement à préserver la paix et la sécurité et demande aux comités mixtes de sécurité, afin de prévenir et déjouer de tels actes qui ne font qu’endeuiller le peuple burundais.

Le Président burundais a récemment accusé Paul Kagame de soutenir le groupe armé Red-Tabara, responsable d’une attaque meurtrière à Gatumba à l’ouest de la province de Bujumbura qui jouxte l’est de la RDC. Au moins 20 personnes dont 12 enfants ont été tuées lors de cette attaque revendiquée le lendemain par Red-Tabara. Des allégations qui ont été rejetées par Kigali.

Suite à ces tensions, le Burundi a fermé ses frontières terrestres avec le Rwanda le 11 janvier. Martin Ninteretse, ministre burundais de l’Intérieur avait justifié cette mesure par le « mauvais voisinage » de Paul Kagame.

Silas MUNGINDA



Source link

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image