février 22, 2024
Chicago 12, Melborne City, USA
Politics

RDC : Tshisekedi appelle à une « répression proportionnelle » pour éradiquer les actes d’intolérance et des traitements inhumains


Au cours de la cent-vingt-deuxième réunion du Conseil des ministres, qu’il a présidé le vendredi dernier à la Cité de l’Union africaine, le Chef de l’État, Félix Tshisekedi a condamné les actes d’intolérance et des traitements inhumains qui semblent s’accentuer sur l’ensemble du territoire national depuis quelques mois.

Se référant à sa communication faite lors de la cent-vingtième réunion du Conseil des ministres, Félix-Antoine Tshisekedi a réitéré l’inadmissibilité des « traitements inhumains et dégradants », de même que les actes d’intolérance, particulièrement vis-à-vis des femmes, à la suite d’informations documentées lui parvenues et qui faisaient état de la commission desdits actes, notamment lors de la campagne électorale.

« […] Il y a lieu de constater, comme le démontrent certaines images et vidéos insoutenables qui circulent, la poursuite de ces actes inhumains qui n’ont d’égal que la barbarie de leur perpétrateurs qui, en sus de semer la panique, font le lit de l’instabilité et de l’apparition de conflits communautaires au plus grand dam de nos populations », a précisé Patrick Muyaya, lors de la lecture du compte-rendu de cette réunion interministérielle.

Le ministre congolais de la Communication et des médias a également expliqué que le Président de la République a tenu à rappeler « la tolérance zéro » pour ces comportements et ces actes d’une gravité innommables, en déclarant que ceux-ci n’ont aucune place sur le territoire et leurs auteurs demeurent d’être poursuivis et déférés devant les cours et tribunaux.

« Il reste convaincu que ce n’est que par la répression juste et proportionnelle, sans concession ni remords, que nous parviendrons à rétablir l’ordre et permettre à nos concitoyens, de même que tous ceux qui ont choisi nos villes et villages comme lieux de résidence, de recouvrer leur quiétude », a-t-il poursuivi.

De ce fait, Félix-Antoine Tshisekedi a, une nouvelle fois, lancé un appel à Peter Kazadi, ministre de l’Intérieur, sécurité, décentralisation et affaires coutumières, et à Rose Mutombo Kiese, ministre de la Justice et garde des sceaux, avec l’appui des autorités provinciales et les services de sécurité, pour que toute la lumière soit faite sur ce fléau.

Monge Junior Diama



Source link

Leave feedback about this

  • Quality
  • Price
  • Service

PROS

+
Add Field

CONS

+
Add Field
Choose Image